Just Chilling in Bruxelles : une promenade Art Nouveau

🙂 🙂 🙂 A Bruxelles on boit de la bière et on mange des frites accompagnées de sauce andalouse. Vrai ! Mais c’est un peu réducteur. Aussi, pour éliminer, on peut faire une balade, aussi belle qu’intéressante, sur le thème de l’Art Nouveau. Dans cet article, je vous propose une visite sur les traces de Victor Horta, Paul Hankar ou encore Benjamin De Lestré de Fabribeckers : un wallon, un flamand et un bruxellois, parce qu’en Belgique on a le sens du compromis !

Cette promenade permet de découvrir ou redécouvrir Bruxelles à travers le prisme de l’architecture Art Nouveau. J’ai eu la chance de faire cette visite avec une guide d’enfer prénommée Danielle Preumont, une française spécialiste de l’histoire de l’art installée à Bruxelles depuis plus de 30 ans.

Certains préfèreront faire la visite seuls mais pour les non initiés, je recommande d’être accompagnés par un guide. Vous pouvez contacter directement Danielle ou le guide de votre choix ou encore faire appel à l’un des organismes qui proposent ce genre de tour (Bravo pour n’en citer qu’un).

 

Introduction :

En me promenant à Bruxelles, j’ai été étonnée (parfois désespérée 😦 , parfois amusée 😀 ) par la juxtaposition hasardeuse de bâtiments hétéroclites. Mais « qué bazar » !

On peut voir dans la même rue d’affreux blocs de béton, des bâtiments des années 70 mais également de magnifiques maisons Art Nouveau, tantôt superbement rénovées, tantôt laissées pour ruines.

En d’autres termes, un mélange improbable des styles ! Tout ça est le résultat de ce qu’on appelle la « Bruxellisation » ou encore le développement anarchique de la ville en faveur des spéculateurs immobiliers au milieu du 20ème siècle.

Même si de nombreux bâtiments ont disparu en faveur de l’absurde et du laid, ce métissage architectural fait aussi le charme de la capitale (subjectif je vous l’accorde !). Et pour notre plus grand plaisir, de nombreux trésors Art Nouveau ont été protégés notamment dans les quartiers d’Ixelles et de Saint-Gilles mais aussi à Schaerbeek, Etterbeek ou dans les Marolles (ça, ça signifie d’autre balades à venir sur la Smilothèque !).

 

Itinéraire :

J’ai préparé une carte pour vous. Les explications détaillées sont en dessous.

Vous pouvez tout faire à pied ou sinon, prendre un tram entre le centre et Ixelles/Saint-Gilles (voir détail ci-après). Et surtout, n’hésitez pas à sortir du sentier battu pour voir encore plus de jolies maisons !

 

  1. Rendez-vous dans le centre de Bruxelles pour démarrer la balade. Les guides donnent rendez-vous Grand-Place mais c’est au 7 rue de la Madeleine que la balade débute réellement devant la boutique « Marjolaine ». Cette maison a été réalisée en 1904 par Léon Sneyers alors élève de Paul Hankar.
IMG_1033
Photo Smilothèque Art Nouveau – Marjolaine

On remonte ensuite la rue de la Madeleine jusqu’au Mont des Arts. Sur votre droite, l’immense bibliothèque Albertine surplombe un jardin public d’herbes aromatiques (avis aux amateurs). On passe également devant la statue d’Albert 1er, fier comme un coq sur sa monture et faisant fasse à sa nana, la reine Elisabeth. On passe également devant le Square Meeting Center de Bruxelles, un centre de congrès construit en 1958 pour l’Exposition universelle puis reconstruit entre 2005 et 2009. C’est un cube en verre dont la structure évoquerait les arbres de la forêt de Soignes. En haut du Mont des Arts, le Kwint pour s’arrêter déjeuner ou prendre un verre autour du magnifique bar créé par l’artiste contemporain Arne Quinze (à voir absolument).

 

  1. Nous arrivons ensuite au second bâtiment Art Nouveau de notre promenade, à savoir la Pharmacie Anglaise (Coudenberg 66, Bruxelles). Aujourd’hui ce magnifique bâtiment abrite un bar à cocktail branché et conceptuel mais à l’époque, il s’agissait bien d’une pharmacie, propriété de la richissime famille Delacre, comme on peut encore le lire sur la façade. En effet, la famille Delacre a commencé en Belgique dans l’imprimerie, puis la pharmacopée, le chocolat et enfin les célèbres biscuits. Et tout ça pour des raisons bien précises. Si vous voulez lire l’histoire et comprendre le pourquoi du comment, je vous conseille de lire l’article trouvé sur lesoir.be.
IMG_1041
Photo Smilothèque Art Nouveau – Pharmacie Anglaise Bruxelles

 

  1. Un peu plus haut, vous verrez le Musée des Instruments de Musique. Le musée vaut le coup pour sa collection d’instruments (de ce qu’on m’a raconté car je ne l’ai pas encore visité) et on peut prendre un thé avec une gourmandise en bénéficiant d’une jolie vue sur la ville. Au delà du musée, le bâtiment vaut le détour. Autrefois il s’agissait d’un magasin très chic pour les anglais nommé le Old England. Les anglais venaient alors faire des emplettes lors de leurs pèlerinages sur les traces de la bataille de Waterloo (si chère à leurs cœurs ❤ ). Ce chef d’œuvre Art Nouveau a été construit en 1899 par l’architecte Paul Saintenoy. De nombreux détails témoignant de l’histoire de ce bâtiment sont à découvrir sur la façade.

 

Pour la suite de la balade, on va à Ixelles. Il y a un tram qui part du musée des Beaux Arts et qui s’arrête à Defacqz afin de s’éviter 30 minutes de marche.

 

  1. L’hôtel Tassel se trouve à une centaine de mètres de l’arrêt de tram Defacqz au 6 rue Paul Emile Janson à Ixelles. Cette maison est l’une des premières construites par Victor Horta entre 1892 et 1893 pour Emile Tassel, un professeur ami proche de l’architecte. Victor Horta a totalement repensé l’architecture et revu l’agencement des pièces dans les maisons bruxelloises. L’architecte a réintroduit les fenêtres dites « bow-windows » (fenêtres en arc où je me verrais bien prendre quelques rayons de soleil avec un thé et un livre) et on en trouve sur les façades de cette maison de maître. Vous pouvez retrouver bien d’autres particularités de l’Art Nouveau sur la façade (petite liste en bas de l’article).

 

  1. La visite se poursuit avec l’hôtel Ciamberlani (actuellement Ambassade d’Argentine) et la maison du peintre René Janssens (rue Defacqz 58 et rue Defacqz 50, Ixelles). Ces deux maisons mitoyennes construites par Paul Hankar sont différentes car les budgets n’étaient pas les mêmes mais l’architecte a réussi à créer un ensemble harmonieux. Vous pouvez admirer les fenêtres dites « fer à cheval » et chercher sur la façade de nombreux symboles inspirés de la nature, du Japon ou encore des symboles franc-maçon comme la torche éternelle. Paul Hankar était décorateur avant de devenir architecte et on le ressent lorsque l’on se trouve face à ses créations. Aussi, il était fils d’un tailleur de pierres et sait jouer avec les couleurs et les matériaux. Paul Hankar utilise le sgraffite (technique de décoration architecturale) pour décorer ses façades. C’est doré et ça, moi j’adore !
IMG_1090
Photo Smilothèque Art Nouveau – hôtel Ciamberlani et maison du peintre René Janssens (Hankar)

 

  1. Direction ensuite la maison personnelle de Paul Hankar (71 rue Defacqz). Ici, encore beaucoup de jeux de couleurs et de juxtapositions de matériaux. Le sgraffite toujours. Des symboles à trouver sur la façade et notamment des animaux pour représenter les différents moments de la journée.

 

  1. Sur le parcours on peut voir une autre jolie maison Art Nouveau en briques rue Faider 71, Ixelles.
IMG_1117
Photo Julia Smilothèque
  1. Quelques mètres plus loin, la maison Beukmann au 83 rue Faider (Ixelles) alias la maison du silence créée en 1900 par Albert Roosenboom, un élève de Victor Horta. De nouveau vous pouvez retrouver les différentes caractéristiques de l’Art Nouveau. Le garde-corps est pour le moins original (comprendre flippant !). La restauration de cette maison est en cours. Il y a, juste à côté de la maison Beukmann, une autre maison dans le style Art Nouveau créée par Armand Van Waesberghe (rue Faider 85).

 

  1. Une maison d’angle que j’aime beaucoup au 97 rue du Bailli. C’est aussi là qu’on trouve la boutique de thés Unami. Tant que vous êtes dans le coin, vous pouvez voir ici mes adresses préférées pour faire des cadeaux aux environs du Châtelain.
IMG_1133
Photo Julia Smilothèque – boutique Umani
  1. Une façade Art Nouveau pour la maison située au 92 rue Africaine et créée par l’architecte Benjamin de Lestré de Fabribeckers. On voit des copies des broches de Klimt sur la façade. La guide nous informe que l’intérieur n’est pas Art Nouveau (un intérieur sombre et avec beaucoup de bois de noyer et de cuir).

 

  1. La balade se termine devant la maison Horta (Rue Américaine 25) aujourd’hui également le musée Horta. La maison est séparée en deux parties : partie personnelle à gauche et partie professionnelle à droite (la très grande fenêtre en haut à droite est celle de l’atelier baigné de lumière de Horta). On retrouve tous les éléments typiques des créations de Victor Horta et de l’Art Nouveau à l’extérieur et à l’intérieur. Il faut absolument visiter ce musée. Je lui consacrerai un article spécifique.

 

Quelques caractéristiques de l’Art Nouveau :

Cette liste est non exhaustive car malgré la richesse des explications reçues lors de la visite et lues de mon côté, je suis loin d’être experte. Mais voici quelques caractéristiques de ce mouvement artistique né à la fin du 19è siècle / début du 20è siècle. Je vous invite à les retrouver sur les façades lors de votre balade !

  • Lignes courbes et arabesques
  • Créativité sans bornes des architectes
  • Réflexion sur les matériaux les couleurs : matériaux de différentes couleurs et textures juxtaposés pour créer de la luminosité, du mouvement, du volume, des motifs, etc.
  • Nombreux ornements inspirés de la nature et des animaux
  • Nombreux ornements inspirés de l’art Japonais ou encore des mayas et des égyptiens
  • Jeux de lumière : on ouvre les espaces notamment en utilisant des poutres pour supprimer les cloisons et laisser entrer la lumière, on utilise régulièrement des vitraux colorés
  • Utilisation du fer forgé
  • Un puits de lumière au centre de la maison
  • Les supports sont quasi systématiquement également des objets décoratifs (poutres ornementées, décrottoirs sculptures, etc.)
  • Les câbles électriques à l’origine volontairement visibles et même décoratifs (signe de richesse pour l’époque)
  • Bow-windows et fenêtres « fer à cheval » très fréquentes

 

 

Et si vous avez une petite faim, le musée Horta est à deux pas de plein de bonnes adresses. Vous pouvez par exemple aller manger dans le bar à frites Bintje ou encore prendre un pastel de nata chez Forcado Pastelaria.

Dans le centre de Bruxelles, vous pourrez admirer la devanture Art-Nouveau du prestigieux artiste floral Daniël Ost.

 

Bonne balade !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s