C’est le printemps et on part se balader à Schaerbeek (itinéraire Monplaisir)

🙂 Le patrimoine architectural de Schaerbeek est aussi riche qu’insoupçonné. Si vous recherchez une balade à faire en dehors des sentiers battus de la capitale belge, cet article est fait pour vous ! Vous y découvrirez la promenade « Perspective Monplaisir » proposée dans « Bruxelles à la carte ». Il s’agit d’une balade (tranquille) de 2 heures à Schaerbeek qui démarre face au superbe hôtel communal Place Colignon et s’achève devant la surprenante gare de Schaerbeek et le musée du train. 

Avec environ 130 000 habitants et une superficie de 8,14 km2, la commune de Schaerbeek est la deuxième commune la plus peuplée de la région bruxelloise (après Bruxelles ville) et la sixième commune de  Belgique. C’est aussi une commune à l’identité plurielle, à la fois bourgeoise et populaire, où se côtoient environ 150 nationalités !

Je ne parviens pas, avec mon accent français, à prononcer convenablement « Schaerbeek » et je vois systématiquement s’afficher un rictus sur le visage de mes interlocuteurs belges lorsque je m’aventure à citer le nom de leur commune. Ca ne fait rien ! J’ai décidé de consacrer un poste à Schaerbeek et de vous présenter une balade proposée par la région (Rédaction : Isabelle de Pange et Cécile Van Praet-Schaack) dans « Schaerbeek à la carte« . Il s’agit d’une série de cartes-promenades disponibles gratuitement sur Internet et dans les lieux touristiques de Bruxelles pour découvrir ou redécouvrir certaines communes. J’ai repris de nombreuses explications disponibles dans la brochure et j’y ai ajouté parfois quelques remarques personnelles et infos.

 

Tout d’abord, voici un aperçu de l’itinéraire : 

Capture d_écran 2018-03-25 à 19.47.34
source : https://www.schaerbeek.be/sites/default/files/field/image/Schaerbeek_a_la_carte.pdf

Il faut environ deux heures pour faire cette balade relativement simple !

  1. Hôtel Communal, Place Colignon

La balade débute devant le superbe hôtel communal pensé par l’architecte Jules-Jacques Van Ysendyck également à l’origine de l’hôtel communal d’Anderlecht. Cet édifice de style néo-Renaissance flamande fût inauguré en 1887 par le roi Léopold 2.

L’hôtel communal (la mairie pour les français) fut ravagé par un incendie criminel en 1911 et reconstruit à l’identique par Maurice Van Ysendyck (fils de Jules-Jacques et également architecte) entre 1912 et 1915.

Il s’agit d’un très majestueux bâtiment fait de briques rouges et noires, de pierres bleues, de pierres calcaires et d’une toiture en ardoises. En plein centre, une tour se dresse telle un beffroi. Sur la façade, on peut lire les noms d’anciens bourgmestres de Schaerbeek ainsi que le nom de différents quartiers.

 

2. Place Colignon 

Aussi, Schaerbeek fût jusqu’à tard au XIXème siècle une commune rurale et dix ans après l’inauguration de l’hôtel communal, la place n’était pas encore très construite. Afin de contrôler le développement urbain autour de cette nouvelle « Grand-Place de Schaerbeek », la commune fixa des prix de vente très élevés pour les différentes parcelles à bâtir, lança un concours de façades et offrit ensuite un rabais de 35% sur le prix du terrain aux acquéreurs reprenant le projet primé. C’est ce qui fait qu’il règne une certaine cohérence architecturale Place Colignon. Et c’est assez rare à Bruxelles pour être souligné !

Au fait, en face de l’hôtel communal, deux maisons jumelles se font face aux angles de la rue Royale Sainte-Marie (Place Colignon 1 et Place Colignon 2).

Et aussi, si vous souhaitez prendre un café, une part de cake ou encore vous installer pour déjeuner, n’hésitez pas à pousser la porte du Boentje Café, un café à objectif zéro déchet dont j’ai déjà parlé sur le blog.

 

3. Rue Floris : 

Afin de mettre en avant la somptuosité de la place communale, les maisons des rues adjacentes furent construites avec davantage de sobriété. Avec les années (et peut être un peu de négligence) les maisons furent parfois modifiées mais il demeure une certaine unité architecturale dans ce quartier de Schaerbeek.

Côté impair de la rue Floris on peut admirer une maison de style néo-classique et s’amuser à repérer les grandes caractéristiques de ce style (symétrie axiale, corniches, fenêtres à encadrement, moulures, ferronneries, … quelques infos sur ce style ici).

 

4. Avenue Maréchal Foch

Aux numéros 7, 9 et 11 de l’avenue du Maréchal Foch  on peut admirer trois maisons dessinées par Henri Jacobs, un célèbre architecte schaerbeekois. Sa maison personnelle se trouvait au numéro 9 comme on peut encore le lire sur les ferronneries de la poignée de porte. Sur la façade, des sgraffites réalisés par son ami décorateur Privat Livemont. Si vous voulez en savoir plus sur l’Art Nouveau et ses caractéristiques, n’hésitez pas à consulter mon article écrit il y a quelques semaines. Vous pourrez ainsi vous amuser à repérer les nombreuses façades de Schaerbeek avec des sgraffites, des ferronneries ou de nombreux symboles représentatif de ce mouvement.

IMG_1877

 

5. Place Verboekhoven alias la Cage aux ours 

La balade continue Place Verboekhoven alias la cage aux ours en référence (ironique) au jardin zoologique de Berne dont l’aménagement fait de roches artificielles et de grilles rappelle celui de la place en question. C’est aussi ici que passe, bien caché sous l’installation centrale, le chemin de fer qui relie le quartier Léopold à la gare du Nord. C’est un endroit assez surprenant et animé !

 

6/7. Avenue Eugène Demolder

La balade continue avenue Eugène Demolder. De la très populaire cage aux ours aux maisons bourgeoises de l’avenue Eugène Demolder il n’y a qu’un pas ! Et c’est aussi ça Schaerbeek : un mélange de cultures et de styles architecturaux.

Le long de cette avenue se trouvent de très belles maisons bâties entre 1907 et 1920.

Vous pourrez admirer aux numéros 32, 24 et 27 de l’avenue Eugène Demolder des maisons dessinées par l’architecte schaerbeekois Franz Hemelsoet, pourvoyeur d’un éclectisme architectural typique de Bruxelles.

Au numéro 44, vous ferez de nouveau face à une maison d’Henri Jacobs. Cette maison est très imposante !

Aux numéros 51 et 53 de vraies fausses jumelles vous feront penser aux maisons de la côte. Pour les enfants et les grands enfants, c’est le moment de jouer au jeu des 7 erreurs ! Ces maisons ont été réalisées pendant sa jeunesse par Joseph Diongre, un très célèbre architecte schaerbeekois également à l’origine du Paquebot de Flagey.

Enfin, rendez-vous aux numéros 101, 103, 105 et 107 de l’avenue Eugène Demolder pour admirer d’autres maisons dessinées par Joseph Diongre alors en quête d’identité.

 

8. Rue Nestor de Tière

Avant de continuer votre route, vous pouvez faire un petit crochet par la rue Nestor de Tière qui abrite un très étonnant ensemble de maisons en pierres bleues disposées en quinconce. Je ne trouve personnellement pas ça très esthétique car trop sombre à mon goût mais c’est en tout cas original et ça vaut le coup d’oeil.

Aussi, les maisons en pierres bleues s’étendent du numéro 5 au numéro 19 puis du numéro 29 au numéro 33 car au milieu de cet ensemble se dresse un immeuble (peu esthétique) construit en 1963 en pleine « Bruxellisation ». Comme je l’écrivais dans un précédent article, la « Bruxellisation » c’est le développement anarchique de la ville en faveur des spéculateurs immobiliers au milieu du 20ème siècle. C’est peut être aussi ce qui donne son charme (avis subjectif) à la ville de Bruxelles !

IMG_1946
Photo Julia Smilothèque

 

9. Ancienne manufacture Hauterman

« Schaerbeek à la carte » nous propose de continuer la balade en empruntant l’avenue Huart Hamoir. Au numéro 136 de cette avenue se trouve l’ancienne manufacture Hauterman. Autrefois une ancienne lingerie et bonneterie, ce lieu abrite aujourd’hui une école. Je n’ai pas pu voir les bâtiments car ils étaient en travaux (ravalement?). On trouvait en 1900 à Schaerbeek de nombreuses fabriques et manufactures aujourd’hui détruites ou transformées en bureaux ou en habitations.

 

10. Avenue Huart Hamoir 85, 87, 93, 95, 97 

Observez les soubassements de ces maisons et vous aurez alors un aperçu des sous-sols géologiques wallons. Grès vert, pierre bleue et grès rouges étaient en 1900 très appréciés des architectes qui s’amusaient à juxtaposer les matériaux pour créer des décors et des jeux de lumière.

 

11/12. Avenue Sleeckx 103 et 76 

Empruntez maintenant l’avenue de Sleeckx où se trouvent également de jolies maisons. Au numéro 103 de l’avenue Sleeckx vous verrez une maison avec un sgraffite a priori réalisé par Paul Cauchie. On trouve le sgraffite (technique de décoration) sur de nombreuses façades Art Nouveau de Bruxelles. Ces décorations apporte de la couleur et du caractère à des façades très sobres parfois moroses je trouve.

Au numéro 76 de l’avenue Sleeckx vous verrez une très belle maison avec des sgraffites de grande qualité réalisés par le décorateur Privat Livemont.

 

13. Avenue Albert Giraud 90, 92, 93 et 94

On se dirige vers l’avenue Albert Giraud où se trouvent trois maisons de Joseph Diongre. Cet architecte a décidément laissé son emprunte au coeur de Schaerbeek.

Au numéro 93 se trouve la maison de Privat Livemont créée également par Joseph Diongre.

IMG_1979
Photo Julia Smilothèque

 

14. Gare de Schaerbeek et musée du train 

La balade se termine place Princesse Elisabeth où se trouve la gare de Schaerbeek réalisée par l’architecte Franz Seulen. Cette gare ferroviaire appartenant à la Société Nationale des Chemins de fers Belges était dans le passé également un passage de trains internationaux. On pouvait jusqu’en 2000 prendre un train couchette à destination de la France et de l’Italie !

La première chose qui m’a marquée à l’abord de cette gare c’est l’espèce de scaphandre qui trône fièrement au dessus de l’édifice. Comme il est écrit dans « Schaerbeek à la carte », il y a du Jules Verne dans cette gare !

Et puisque ça fait environ deux heures que vous avez quitté la place Colignon, vous avez peut être soif alors n’hésitez pas à pousser la porte de la gare qui abrite un sympathique café-restaurant. Vous pouvez aussi visiter le musée du train (pas encore testé mais il parait que la scénographie est très réussie !).

Aussi, à quelques mètres de là se trouve le Train Hostel avec un imposant wagon installé sur le toit de l’immeuble. Il s’agit d’une auberge avec des chambres façon wagon-lit (tous niveaux de prix et de confort) dont j’ai parlé dans mon article sur les hébergements insolites.

 

Il y a 24 publications au total avec différentes balades proposées pour chaque quartier. Vous pouvez les trouver et les télécharger ici.

Je compte pour ma part en faire un maximum à commencer par la seconde balade de Schaerbeek présentée dans la brochure mais aussi Bruxelles Pentagone, Ixelles et pourquoi pas Koekelberg !

 

Bonne balade !